Si j’ai écrit ce billet, c’est à cause de mon chum. Il a osé prendre, dans mon auto, la clé USB sur laquelle se trouve ma musique. Résultat? J’ai dû écouter la radio. Inutile de vous dire à quel point je déteste écouter la radio. Je suis tombée sur une émission parlée avec comme invité un certain ex-docteur qui a été radié de l’ordre pour plusieurs raisons que je ne nommerai pas. L’animatrice et Mailloux avaient comme sujet du jour le « pardon ». Et Mailloux soutenait que le pardon était nocif dans la vie des gens… Je n’ai pas pu résister, j’ai appelé. Première intervention à la radio de toute ma vie. Même si je savais que c’était perdu d’avance contre le Doc Mailloux, c’était plus fort que moi, j’avais besoin d’exprimer mon désaccord.

Qu’est-ce que le pardon?

D’après la définition du Larousse, le pardon est le fait de ne pas tenir rigueur d’une faute. Autrement dit, «être indulgent». Et la définition d’être indulgent est d’avoir l’aptitude à excuser, à pardonner les fautes, à ne pas les sanctionner sévèrement.

Lui

Il dit à grands coups d’insultes que le pardon, c’est mal. Que le pardon, c’est non. Il m’a même dit ce matin-là que j’étais dangereuse pour moi-même! Parce que si je pardonne, je continue à subir ce que les autres me font vivre, parce que je «pardonne».

Dangereuse, vraiment?

Je n’ai pas pu m’expliquer autant que je l’aurais voulu à la radio, mais je me reprends ici. Si pardonner était dangereux, je ne serais probablement pas en train d’écrire ces lignes. Parce que je pardonne tout, tout le temps. Je sais, c’est dur à croire, mais croyez-moi, ça fait du bien.

Quand je dis que je pardonne, je ne veux pas dire que j’accepte. C’est la nuance la plus importante à faire dans la notion du pardon. Si c’est quelque chose qui ne se fait pas, il ne faut pas accepter. Il faut mettre nos limites et se protéger. Il faut parfois même garder une certaine distance avec certaines gens, je suis d’accord, mais faut-il vraiment rester fâché ad vitam aeternam?

Je pardonne pour moi

Contrairement à ce que Doc Mailloux peut penser, quand je pardonne, c’est volontaire et c’est surtout pour moi. Jamais je ne pardonne pour alléger la conscience de quelqu’un d’autre. En vouloir à quelqu’un toute sa vie, ça prend beaucoup de temps et d’énergie. Je préfère pardonner et avoir l’esprit en paix. Je pardonne pour ma tête!

Je fais le choix de penser à moi-même, le choix de laisser le négatif dans le passé et le choix d’avancer avec le positif. Comme j’ai choisi ce matin-là d’appeler à la radio, je choisis de pardonner.

Et vous, pardonnez-vous?

 

PS À mon chum : Je te pardonne d’avoir piqué ma clé USB. Merci de me la rendre au plus vite!

Camille est une amoureuse de la vie, du plein air et de ses animaux. Elle se nourrit de milliers de projets qui la tiennent motivée et la guident vers sa vie parfaite. Passionnée par l'entrepreneuriat, l’organisation, l’administration et l'apprentissage en général, elle est toujours la première à essayer les nouvelles technologies et applications trends du moment.
Posts created 8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut